logo Un site Wiki pour les Étudiants de l'Université de Poitiers logo
Vous êtes ici -> VideoCodec
PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous êtes 34.236.190.216

Lexique de la vidéo et des codecs





Voici quelques définitions concernant le monde du divx et de la vidéo numérique :

16:9 :Communemant appelé Widescreen outre-atlantique, ou aussi appelé "format enveloppe". On peut facilement le différencier du format 4:3 de part sa forme rectangulaire comparé à la forme carrée (4:3). Ce format serait plus approprié pour l'oeuil humain ...

3ivx: Codec vidéo développé par la société Belge Happy Machines, permettant de gagner encore 40 à 60 % de place par rapport au DivX?. Payant (environ 10 $ ce codec ne pourra pas prendre le dessus sur le format DivX qui lui est gratuit. Il est pourtant bien plus efficace avec un résultat finale hallucinant.

4:3 :Ce format reste largement plébicité pour les téléviseurs analogique ainsi que pour l' IMAX (forme carrée)

Antialasing:Ce procédé consiste à lisser ou à réduire les effets des images au moyen de calcul de valeures intermédiaires et ce sur le bords. On peut lisser ceux-ci en dehors produisant une image plus douce. La structure de pixel le long des bords inclinés ou pliés est mélangée aux couleurs environnantes.

Artefact: Ce sont des objets façonnĂ©s pouvant ĂȘtre provoquĂ©s par beaucoup de facteurs, y compris la compression numĂ©rique, transfert de film Ă  vidĂ©o, erreurs de transmission, erreurs d'afficheur de donnĂ©es, interfĂ©rence Ă©lectrique, bruit de signal analogue, et interfĂ©rence de signal analogue. Cela ressemble le plus souvent Ă  des taches de couleurs ...

AUDIO_TS: C'est un dossier composant un DVD, le plus souvent utilisé pour ne placer que de l'audio ( DVD Audio). Par défaut sur un DVD Vidéo (film), de dossier est vide.

AVI:(Anglais : Audio Video Interleaved, Français : Audio video mélangés)
Format de fichier d'animation mĂȘlant des donnĂ©es vidĂ©o et audio d'extension .avi

B Frame: c'est un des trois types utilisé dans vidéo MPEG. Des images B sont pré-calculées et bésées sur l'image précédente et suivante. Les images B emploient le plus nombre possible. Les images B ne propagent pas des erreurs de programmation puisqu'elles ne sont pas employées comme référence par d'autres images.

Bitrate: valeur du débit. Il est conseillé, quel que soit le programme utilisé, de ne jamais descendre en-dessous de 600. Le bitrate d'un DVD est de 9.8 Mbps. La qualité de l'image augmente en vous rapprochant de la valeur 9800. D'autre part, les sauts de qualité vont de 16 en 16 aussi bien vers un mieux que vers moins bien. Exemple: il n'y aura pas de différence entre 810 et 820, par contre, entre 810 et 826, là il y aura une différence de qualité.

Bivx: Divx avec 2 bandes son. Vous pouvez donc choisir, comme le DVD original, une autre langue que le français. Exemple: français et anglais. Comme vous prenez une seconde bande son et que cela prend plus de place qu'une seule (voire tutorial de Neodivx), la qualité finale de l'image s'en ressentira.

Block: Le Block est un Ă©lĂ©ment de la matrice 8x8. Pour faire plus simple, imaginez une image de mauvaise qualitĂ© avec de gros pixels et vous aurez le mĂȘme effet qu'un block.

Codec:
encodeur/décodeur. Une solution logicielle qui permet de coder et de décoder un flux vidéo au format AVI, en le compressant fortement, sans trop le dégrader pour autant. La compression est à la fois spatiale et temporelle, un peu comme sur certains effets de cartes 3D. Un codec agit sur les redondances (voir plus bas) des couleurs qui composent la séquence vidéo. Pour compresser, on peut agir sur 2 facteurs de base: l'espace et le temps. En compression spatiale, le codec travaille un maximum sur les redondances du film. C'est ainsi qu'une plage de ciel bleu varie peu d'une image à l'autre. Il donc parfaitement inutile de la stocker avec autant de détails sur toutes les images. A la compression spatiale, on ajoute souvent le compression temporelle qui stockera les différences d'une image sur l'autre. Par exemple, avec une séquence représentant une jolie jeune femme courant sur la plage de sable blanc, le codec stockera surtout les informations concernant le déplacement du personnage puisque le décor ne change pas durant le plan.

Crop: De l'anglais To crop - Recadrer. Le recadrage permet d'Ă©liminer certaines zones de l'image (tel que les bandes noires) afin d'augmenter considĂ©rablement le bitrate puisque mĂȘme les bandes noires prennent de la place. Eliminez donc les bandes noires pour obtenir un gain maximum de qualitĂ© d'image.


Divx: Algorithme de compression et de décompression vidéo, qui peut compresser un film occupant 5 Go, sur un DVD, à 700 Mo soit un simple CD-R, permettant ainsi 85 % de réduction, sans perte notable de qualité. C'est l'équivalent du MP3 de l'audio.

DL: Dual Layer ou en français Double Couche. Cela correspond à la capacité de stockage d'un DVD que l'on achÚte d'ordinaire (films) et peut contenir 9.4 Go par face.

DVD: Digital Versatil Disc.

DVD 5:
C'est la premiÚre génération de DVD, avec une capacité de stockage de 4.38 Go.

DVD 9: Ceci est la seconde génération de DVD appelé aussi DL et peut contenir jusqu'à 7.95 Go d'informations.

DVD +/-: DVD -R est un DVD définis par DVD Forum et est enregistrable une seule fois et peut contenir 4.38 Go d'informations et définis par le DVD Forum. Quant au DVD +R, lui est définis par DVDRW Alliance et peut également contenir 4.38 Go d'informations

DVD +R DL: C'est en un DVD 9 enregistrable à double couche pouvant contenir jusqu'à 15.9 Go par face. Aussi appelé DVD 18.

DVD RW: DVD réinscriptible. Vous pouvez donc ré enregsitrer sur ce disque (+ ou - 1000 fois). On prendra soin de l'effacer auparavant et de ne pas fermer la session, sinon vous ne pourrez pas ré écrire dessus (voir dans les options d'écriture de Nero).

Firmware:
Petit logiciel qui sert à piloter votre graveur ou votre lecteur de CD/DVD-Rom. C'est un peu comme le bios de votre carte mÚre, sans lui, votre matériel n'est qu'un ensemble de puces et de condensateurs inutiles. Il détermine notament la vistesse d'écriture, de lecture, les formats pris en charge aussi bien qu'en lecture qu'en écriture et la vitesse de ripp des différents formats également. On peut se procurer sur le net des firmware modifiés qui permettent de faire sauter les sécurités des DVD et qui enlÚvent la limite de ripp. On comprendra facilement que c'est illégal et que si vous avez un problÚme avec votre appareil, vous n'avez plus droit à la garantie du constructeur.

Frame: Image

ISO: Fichier image obtenu lorsqu'on souhaite copier l'ensemble d'un CD ou d'un DVD. La plupart des logiciels de gravure propose de sauvegarder sous cette forme. Il ne vous reste plus qu'à ensuite graver ce fichier image pour obtenir une copie à l'identique de l'original, à condition que ce dernier ne soit pas protégé.

KVCD: C'est une modification du standard MPEG 1 et MPEG 2. Il vous permet de créer plus de 120 minutes de vidéo proche de la qualité du DVD, selon votre matériel, sur des CD-R 80. En prenant le format MPEG 1 on obtient en NTSC 528 X 480 et en PAL 528 X 576 avec un bitrate vidéo variable oscillant entre 64Kbps et 3000Kbps. En employant une résolution de 352 X 240 en NTSC et 352 X 288 en Pal, il est ossbile de faire tenir sur un CD de 80 Min, plus ou moins, 360 minutes de vidéo ! Vous devez gravez les fichiers KVCD en VCD non standard ou SVCD non standard (dépend de votre lecteur) avec Nero ou VCD Easy.

Macrovision: Protection analogique contre la copie de vidéo. Ce procédé détecte si vous essayer de lire ou d'enregistrer le flux vidéo sur une autre machine.

Matroska: Tout nouveau container Audio/VidĂ©o d'importantes nouveautĂ©s comme le support du format Ogg Audio et le Variable Frame Video. Pour ne rien gacher la bĂȘte est gratuite et en open source !
Mais voici de plus amples informations venant du sites:

Matroska a pour but de devenir LE standard des formats multimédia. Il est dérivé du projet MCF , mais en diffÚre sensiblement car il utilise EBML (Extensible Binary Meta Language ), un format binaire dérivé d'XML. EBML permet aux développeurs de rajouter trÚs facilement des extensions au format, tout en conservant une compatibilité avec les anciens logiciels de lecture.

Tout d'abord, il est essentiel de répondre à la question "Qu'est-ce qu'un container Audio/Vidéo ?", pour éviter tout malentendu.

- Ce n'est pas un format de compression vidéo
- Il ne peut ĂȘtre utilisĂ© pour compresser de la musique ou des images comme le MP3 ou le JPEG,
puisque ce n'est pas un codec.
- C'est une enveloppe qui peut contenir plusieurs pistes audio, vidéo et sous-titres, permettant à l'utilisateur de mettre un film complet dans un seul fichier. Cela donne l'assurance que l'audio et la vidéo soit lisible sur la plupart des lecteurs multimédias.

Matroska a été conçu avec le futur en perspective. Il incorpore les caractéristiques que vous attendez d'un conteneur moderne, comme :

- Diffusion Ă  travers internet ( HTTP et RTP )
- Recherche rapide dans le fichier
- RĂ©sistance aux erreurs
- Menus (comme les DVDs)
- Chapitrage
- Choix entre plusieurs sous-titres
- Choix entre plusieurs pistes audio
- Extensible par modules

MPEG 1: Pour une utilisation donnant un résultat moyen avec un taux de compression allant de 50:1 à 100:1. Equivalent à la qualité d'une vidéo en VHS.

MPEG 2: Idéal pour la vidéo haute résolution (DVD) avec une prise en charge de différents formats audio comme le PCM, Dolby Digital, DTS et MPEG Audio.

MPEG 3: MPEG-3 a été prévu comme extension du MPEG-2 pour couvrir les HDTV mais a été par la suite fusionné avec MPEG-2.

MPEG 4: C'est le mĂȘme comitĂ© qui a Ă©galement dĂ©veloppĂ© le MPEG-1 et le MPEG-2 qui a dĂ©veloppĂ© le MPEG 4. Le MPEG-4 est le rĂ©sultat d'un effort international faisant participer des centaines de chercheurs et ingĂ©nieurs de partout dans le monde. Le MPEG-4 a dĂ©butĂ© en octobre 1998 et est devenu Ă  bonne fin une norme internationale en 1999. Les extensions entiĂšrement compatibles sous le titre de MPEG-4 de la version 2 ont Ă©tĂ© gelĂ©s Ă  la fin de 1999, pour acquĂ©rir le caractĂšre standard international au dĂ©but de l'annĂ©e 2000. Plusieurs extensiosn ont Ă©tĂ© ajoutĂ©es depuis lors.

MPEG 7: ہ la diffĂ©rence des normes prĂ©cĂ©dentes de MPEG, le MPEG-7 n'est pas concernĂ© par une application en particulier; mais plutĂŽt, les Ă©lĂ©ments du MPEG-7 normalise la prise en charge aussi large que possible des applications.

Multiplexer : Action qui consiste à joindre le son et l'image pour obtenir un joli Divx. (dans la derniÚre version de Neodivx cette fonction a disparue pour laisser place à un encodage direct du son en une seule opération).

NTSC: Abréviation de National Television Standards Committee. Le NTSC détermine les standards de la télévision et de la vidéo aux Etats Unis. Le standard NTSC pour la télévision défini un signal composite avec un taux de rafraichissement de 60. Chaque frame contient 525 lignes et peut contenir jusqu'à 16 millions de couleurs. La résolution pour VCD NTSC est de 352 x 240 pixels, pour un SVCD NTSC est de 480 x 480 et pour un DVD est de 704 ou 720 x 480 pixels.

Ogg Vorbis: Ogg est le nom d'un projet open source entretenu par xiph.org. Vorbis se rapporte au format audio tout usage et surpasse en terme de qualitĂ© le MP3 et mĂȘme les nouveaux formats tel que AAC et TwinVQ? (a.k.a. VQF).

OLED: Organic Light-Emitting Diode. Sous ce nom barbare ce cache la technologie du futur ! Je ne vais pas m'étendre sur la caractéristique technique de cette technologie, mais considéré cette technologie aussi novatrice qu'était le tube cathodique. Les plasmas, TFT et autres LCD ne sont que des technologies de transitions et sont déjà vouées à mourir ... Je vais faire un dossier complet sur cette technologie. Il faudra attendre 2007 pour voir les premiers téléviseurs arriver, mais de petites applications sont déjà bien en place sur de petits appareils tel que caméscopes, appareils photos numériques, autoradios, GSM, etc.(voir dossier complet)

PAL: Phase Alternating Line. C'est le standard dominant en Europe. Ce systÚme délivre 625 lignes. LA résolution pour un VCD PAL est de 352 x 288 pixels, pour un SVCD PAL est de 480 x 576 et pour un DVD PAL elle est de 704 ou 720 x 576. Autant dire qu'en terme de qualité pure, nous sommes mieux lotti que les américains.


Pixel: Point lumineux composant une image. On dit d'une image qu'elle est "pixelisée" quand on voit trop ces points, au lieu que tous les objets ou images aient des contours net et lisse.

Progressive Scan: Un systÚme visuel de balayage qui montre toutes les lignes d'une armature dans un passage. Contraste avec le balayage entrelacé. TrÚs utile pour les projecteurs. (voir dossier)

RCE: Region Coding Enhancement (Protection). C'est un traitement de l'image digital utilisĂ© par certains studios de DVD pour empĂȘcher la lecture d'un DVD Zone 1, soit sur un appareil non prĂ©vu pour lire des Zone1?, soit sur un appareil qui n'a pas de zone dĂ©finie (dĂ©zonnĂ©).



Ripp: Les DVD sont encryptĂ©s avec l'argorythme CSS, qui encrypte les fichiers du dvd au fur et a mesure qu'on les copient. RippĂ© un DVD correspond a copier un DVD sur votre HD sans l'encryption. Le term "Ripping" vient du terme "CD Ripping", qui signifie copier les pistes audio d'un CD bit Ă  bit, en opposition Ă  conversion qui lui utilise votre carte son pour le passer en anologique. DĂ©chiffrement de DVD pourrait ĂȘtre utiliser pour dĂ©crire ce procesus.

RW: RĂ© inscriptible (CD ou DVD).

Skin: Peau ou Habillage. Se dit de l'ensemble des graphique ou d'effet sonores utilisés pour changer l'apparence d'un programme. On peut comparer les Skins au theme de windows. Les skins, (par défaut) ne modifie que l'apparence du programme, pas les fonctions.

SVCD: Super VidĂ©o Compact Disc (format mpeg 2), il donne l'avantage d'ĂȘtre lisible sur votre lecteur de salon (si il est compatible CD-R, VCD et ou S-VCD).

Les résolutions : PAL 480 x 576 - NTSC 480 x 480. Au vu des chiffres cités pour la résolution vous comprendrez qu'il y u une perte au niveau de la qualité de l'image par rapport à votre divx.

VBR: Variable Bit Rate. Ce procĂ©dĂ© permet des variations Ă  n'importe quel moment d'un flux audio et/ou vidĂ©o. Ce procĂ©dĂ© est utilisĂ© lorsqu'il y a beaucoup de mouvements Ă  l'image (vidĂ©o), ou lorsqu'il y a beaucoup d'instruments en mĂȘme temps (son) ou pour rĂ©duire la taille fichier. Ce procĂ©dĂ© est utilisĂ© dans le format MPEG 2 (DVD). A l'opposĂ© du CBR (Constant Bit Rate) comme le MP3 par exemple.

VCD: VidĂ©o Compact Disc (format mpeg1), mĂȘme avantages et mĂȘme dĂ©fauts que pour le SVCD, si ce n'est des rĂ©solutions encore plus basses !!

Les résolutions : PAL 352 x 288 - NTSC 352 x 240.

VIDEO_TS: C'est un des deux dossiers que l'on retrouve sur un DVD (avec AUDIO_TS). Dans ce repertoire on peut y trouver 3 types de fichiers:
- .BUP: Fichiers de sauvegardes des fichiers .IFO
- .IFO: Fichiers contenant toutes les informations telles que les nombres de chapitres, pistes de sous titres et les pistes sons (langues)
- .VOB: C'est dans ses fichiers que l'on retrouve les menus, les sous-titres, le son et l'image.

VOB: (Video OBject) fichiers qui composent un film DVD.

Widescreen: Ratio 16:9

WMA: Windows Media Audio. Comme son nom l'indique, systÚme appartenant entiÚrement à Microsoft et fermé (comme tout ce qui est Microsoft).

XVCD: Xtra Video Compact Disc. Je vais simplifié en disant que c'est un SVCD encodé en mpeg1. retenir le mot "Xtra" et se dire que la résolution commence à devenir raisonnable :PAL 480 x 576 - NTSC 480 x 480 .On peut lire un X-VCD dans un lecteur compatible VCD uniquement ! L'opération est réalisable via les programmes suivant: DVD2AVI / VFAPIConv / TEMPGenc / Cinema Craft Encoder.

XSVCD: Xtra Super Video Compact Disque. Extension du format SVCD. PAL 720 x 576 - NTSC 720 x 480 toujours avec le décodeur d'un SVCD. Le bitrate peut atteindre 9.8 Mbps (format DVD) pour un lecteur de salon et 15 Mbps pour un PC. Histoire de t'achever façon Quake 3, le frag ultime, il supporte jusqu'à sous-titrages différents. compatible SVCD pour pouvoir regarder un X-SVCD.

XviD?: Codec (encodeur et dĂ©codeur) entiĂšrement gratuit, en open source et dĂ©pourvu de spyware. Ce codec n'a rien enviĂ© Ă  son homologue payant de chez Divx Network et propose mĂȘme une meilleure qualitĂ© finale. L'open source est en train de nous envahir (voir Matroska) et je pense que ce n'est pas un mal. L'avantage de l'open source que beaucoup de personnes travaillent en mĂȘme temps sur un projet, plus par passion que dans un but mercantil souvent au dĂ©triment de la qualitĂ© finale.

Zone: Il existe 8 zones dans le monde: la zone détermine notamment la provenance du DVD, mais aussi chaque zone à certaines caractéristiques techniques comme la résolution des images et la cadence des images. Voici les différentes zones :
- ZONE 1: USA, Canada
- ZONE 2: Europe, Moyen Orient, Afrique du Sud, Japon
- ZONE 3: Asie du Sud-est, Taiwan
- ZONE 4: Amérique centrale, Amérique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande
- ZONE 5: Russie, Afrique, Inde, Pakistan
- ZONE 6: Chine
- ZONE 7: (Réservée)
- ZONE 8:Rendez-vous internationaux spéciaux (avions, bateaux de croisiÚres, etc.).

IMP :: RSS :: HTML :: TXT :: Clone :: Historique :: Propriétaire : BaBel :: mentions légales